jeudi 4 mars 2021

Trafics de drogue et criminalité à la conquête des campagnes

La consommation de drogue est aussi courante en zone rurale qu'à la ville. Le trafic a suivi. 


Le trafic de drogue gangrène nos campagnes titre le Point sur son site. France Bleu fait état de son côté de 60 gendarmes mobilisés pour une opération anti-drogue au Mené dans les Côtes d'Armor : 12.000 euros saisis, 6,6 kg de résine de cannabis, 330 g d'herbe et 220 g de cocaïne. Petite prise. 

"Les grands maux de la société, stups compris, ignorent désormais les frontières entre ville et campagne", témoigne un gendarme dans la Montagne. Le trafic est polymorphe : des néo-ruraux qui se mettent au vert, des autochtones tombés dans la drogue par oisiveté et basculent dans la criminalité. "À l’échelle nationale (DOM-TOM compris), les gendarmes, qui œuvrent pour l’essentiel hors des grandes zones urbaines, ont fait tomber près de 1.900 trafics en 2019, contre 1.500 en 2018 (*)"

Les comptes-rendus d'audience de tous les tribunaux de France illustrent chaque semaine dans la presse cette réalité. Le trafic de drogue n'est plus l'apanage des zones urbaines. Et avec lui se développe la violence. Des petites cités tranquilles deviennent des supermarchés de la drogue, des city-park sont squattés par les trafiquants, des caïds se pavanent en BM dans des petits bleds de 500 habitants. 

Racket, violence, menaces

Rackets, intimidation, règlements de compte, la campagne n'échappe plus à la criminalité organisée. Il n'est plus de ville-centre de 10.000 habitants qui n'ait sa zone de non-droit, où la police ne se rende sur la pointe des pieds. Les élus multiplient les médiations, les réunions de quartier et les ronds de jambe. 

Je peux témoigner de pressions et de menaces sur la presse locale. Quand ce ne sont pas les maires eux-mêmes qui dénoncent "la stigmatisation", par soumission, les habitants n'hésitent pas à se déplacer pour imposer le silence aux journalistes. 

Selon le livre de témoignages "Les Narcos français brisent l'omerta", de Frédéric Ploquin, le trafic de stupéfiants en France se serait atomisé ces dernières années. Le temps ne serait plus aux grandes organisations, mais bien plutôt aux petites cellules indépendantes. Mais les pratiques changent plus vite que les parades de la justice. 

Dans un marché globalisé, où les marchandises circulent sur les océans, en containers entassés par centaines, la tendance reviendra peu ou prou à une distribution centralisée.

Les produits proviennent du Maroc (hashish), d'Afghanistan (héroïne) et Balkans (cocaïne). Les armes qui tuent en banlieue proviennent des théâtres d'opérations du terrorisme islamiste. Le Jihad recrute ses bombes humaines dans les rangs de la petite délinquance. La frontière est désormais poreuse entre les deux. Et, déjà, à l'ombre des clochers de nos villages s'organisent des bases arrières.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire