SimPlement.pro

jeudi 14 octobre 2021

Après Joël Dicker et Zemmour, Mbappé passe à l'autoédition

Kylian Mbappé publie son roman graphique, je suis Kylian, en autoédition. Et ça ne plaît pas à tout le monde.

 Jusque là, l'autoédition était le pis-aller d'auteurs inconnus, las d'attendre en vain les réponses des grandes maisons d'édition, une forme de maladie honteuse. On observe désormais le commencement d'un mouvement de plumes célèbres vers ce mode de publication. 

Largué par Albin Michel, Eric Zemmour a choisi de se lancer tout seul pour publier La France n'a pas dit son dernier mot, qui cartonne en librairie. Avant lui, Joël Dicker, romancier suisse avait plaqué Bernard de Fallois pour lancer sa marque. Des auteurs vedette de chez Ring, Laurent Obertone, Papacito et Marsault ont annoncé avant l'été se séparer de cette maison...

On savait que l'autoédition était un tremplin pour les plumes en devenir, à l'instar d'Anna Gavalda, de Jacques Vandroux ou de Muriel Barbey, elle apparaît aujourd'hui comme un refuge, ou la solution d'un nouveau départ. 

Papacito, le youtubeur préféré de Jean-Luc Mélenchon, et Julien Rochedy, autre influenceur et auteur politique, signent à quatre mains "Veni vidi vici, menace sur les gauchistes", sous un label indépendant. Le premier tirage en a été épuisé en à peine une semaine.

Le dernier venu dans cet univers fourmillant est Killian Mbappé, la star du foot tricolore qui édite seul son premier roman graphique, "Je m'appelle Kylian" ; et ça ne plaît pas à tout le monde. 

Renaud Dubois, patron de la maison Amphora "l'éditeur des sportifs" se fend en effet d'une lettre ouverte au footballeur pour lui manifester son incompréhension. 

A votre bon cœur !

On peut partager sa peine : il voit passer sous son nez et sous celui de ses confrères un coup d'édition garanti doré sur tranche. M.Dubois explique donc à Kiki, avec un peu de condescendance, que le métier d'un éditeur consiste à donner sa chance à des auteurs inconnus et qu'il a besoin pour cela de signer des vedettes qui lui rapporteront le pactole. Il regrette donc que l'attaquant du PSG n'apporte pas sa contribution à la machine éditoriale, à laquelle la nature généreuse du sportif aurait dû contribuer.

C'est bien dit et beaucoup d'auteurs qui n'ont pas même reçu le début d'une réponse des grands éditeurs aimeraient bien en être convaincus comme lui. On constate toutefois - et loin de moi l'idée de mettre en cause la sincérité de cet éditeur en particulier - que la plupart de ses confrères privilégient sans vergogne les thématiques en vogue, les petits auteurs qui ont déjà réussi, les copains de copains et les pourvoyeurs de best-sellers. C'est légitime, il s'agit de business...

Un marché qui se reconstruit

Tout ceci n'aurait que peu d'importance si la surproduction littéraire des ogres de papier ne saturait les rayons des libraires avec une stratégie d'occupation systématique et de contrainte.

Vu du côté d'un autoédité, ces récents choix d'indépendance sont le signe d'un frémissement du marché et des pratiques éditoriales. Dans le même temps, les libraires ont fait voter une loi imposant aux gros vendeurs en ligne (Amazon, plus particulièrement) d'appliquer des tarifs égalitaires. La filière va mal et le renouveau du métier fait trembler les fortins.

Tout ce joli monde se drape dans les vertus du pluralisme et de la noblesse de leur profession... Nul ne doute que ces augustes pensées ont inspiré Albin Michel quand il a été décidé de ne plus publier Eric Zemmour. Et ce sont, sans aucun doute, ces mêmes motifs qui dictent aux grandes librairies de snober les jeunes talents sans éditeur et à certains de refuser l'accès à leurs rayons pour cause de malpensance. 

Le vent tourne et, à ce rythme, le chiffre d'affaires des libraires devra bientôt plus à des autoédités qu'aux grosses compagnies du livre. A moins que le business du livre ne leur échappe finalement pour de bon, si ce n'est à tous, au moins à ceux qui n'auront pas su anticiper le changement, parce qu'il en existe qui ont bien compris que l'immense créativité du monde de l'autoédition propose aussi des pépites.

mardi 21 septembre 2021

Plus de foot à la récré, dans les cours dégenrées

Au nom d'une école inclusive, les municipalités écolo dégenrent les cours de récré. 

Oubliez les cages de foot, les jeux de balles dans les cours de récréation. Les garçons étaient trop envahissants et dominateurs. Ils devront se mêler aux petites filles, trouver des occupations plus saines, moins viriles. Il en va de l'égalité des genres, en attendant mieux, ou pire.

Un peu partout en France, les municipalités vertes/roses/rouges revisitent les espaces de jeu de nos petits, en mode inclusif et non genré. Pierre Hurmic, maire vert de Bordeaux en a ainsi inauguré une à la rentrée 2021. Il a prévu d'investir 12 millions d'euros pour poursuivre ce grand œuvre, sous couvert d'écologie et d'inclusion.

Des cours dégenrées à coups de millions

A Grenoble, on débitume et on dégenre aussi à grands coups de millions, tout comme à Lyon. Et tant pis pour les petits bonshommes qui auraient préféré taper dans la balle plutôt que de jouer à la marelle. Grégory Doucet, maire de la capitale des Gaules n'a pu qu'opposer un sourire gêné à la déception d'un jeune élève déçu :

" De base, moi je voulais des cages de foot et un ballon de foot. Mais comme par hasard, y'a rien! Y'a que j'sais-pas-quoi, comment ça s'appelle ça ? (il désigne les copeaux de bois). Ouais des copeaux. Et après y'a de la terre. Et après y'a rien".

Monsieur Doucet aurait pu répondre : 

"Mais tu te trompes, petit bonhomme, après, il y aura quelque chose. Après, tu pourras jouer à la marelle, sauter à la corde et apprendre les jeux de tes petites camarades de classe. C'est pour ton bien. Tu ne le sais pas encore, mais, si ça se trouve, tu n'es pas un petit garçon, tu es peut-être une fillette, ou pas, ou entre les deux. Et ça changera sans doute, vois-tu..."

Il aurait pu dire ça, Grégory Doucet, et il l'a peut-être même pensé. Mais il était probablement trop tôt pour sortir démasqué. Pour l'instant on en reste à la thèse officielle, celle de Najat Vallaud-Belkacem, qui déclarait en 2014 :"la théorie du genre, ça n'existe pas !

Elle disait vrai - la théorie du genre n'en était déjà plus une - mais il faudrait désormais être atteint de cécité pour ne pas distinguer le projet que dissimulait ses dénégations véhémentes. Depuis, le gender a envahi toutes les strates de l'université. Il occupe les campus, s'infiltre au cœur de tous les débats, jusque dans les AG, non mixtes, exclusives pour devenir inclusives.

Selon ses dogmes, il convient aussi d'exclure de la vie quotidienne des petits garçons les jeu de leur sexe, afin d'inclure leur existence au meilleurs des mondes à venir ; un univers neutre, fluide, dégenré, et aussi un peu dérangé.



jeudi 9 septembre 2021

La fabrique des bâtards : des idées tranchées sur des sujets sensibles.. osé !



Perrine a apprécié La Fabrique des bâtards. Je vous livre sa réflexion :

" C'était mon premier thriller politique et social et je ne savais pas du tout à quoi m'attendre. Et je n'ai pas été déçue. Je suis plutôt friande des romans dystopiques, futuristes... 

Et celui ci est particulièrement sombre ! Une possible réalité avec la CoParPar (CoParentalité Partagée). Je n'y avais jamais réfléchi mais c'est fou !! 

C'est une chance, une opportunité pour les couples non fertiles ou encore les homosexuels. Mais c'est également accepter en tant que mère de donner son enfant à des inconnus... 

Des idées assez tranchées sur des sujets sensibles, c'était osé ! Mais ça ne m'a pas dérangé le moins du monde. J'ai beaucoup aimé ma lecture et je recommande cet ouvrage. 

Sauf si vous avez les idées arrêtées."


Les bordels du Poteau, au cœur de l’intrigue de Varcolac

Les Bordels du Poteau, à Captieux, sont restés ouverts jusqu'en 1987 (photo d'illustration, Photo Flickr/ jose pereira) 


Varcolac, en vente sur toutes les meilleures plateformes et en librairie se déroule dans la forêt des Landes Girondines. L’intrigue de ce thriller se prolonge dans un lieu bien connu des habitants du Sud Gironde : les bordels du Poteau, un hameau du territoire de la ville de  Captieux, constitué de maisons closes qui sont demeurées ouvertes jusqu’en 1987.


Le 12 mars 1987, 60 CRS et 130 policiers débarquent au lieu-dit Le Poteau, sur la commune de Captieux. Les forces de l’ordre viennent mettre fin au commerce du sexe pratiqué ici en toute illégalité, au vu et au su de tous. C’est la fin d’une histoire de plus de 30 ans, qui a construit la prospérité de la cité gasconne, dès les années 50. 

On venait ici de toute l’Aquitaine, au 421, au Salon, à La Grange, au Baby, des maisons closes avec pignon sur rue, au bord de la D932. Une quinzaine de bordels étaient alors ouverts, depuis l’arrivée des Américains, au camp du Poteau, qui s’étendait jusqu’à Mont-de Marsan. Près d’un millier de soldats US stationnaient là et ils étaient nombreux à venir prendre du bon temps auprès des filles, à l’abri de la forêt dans les bordels.

Départ des soldats US


En 1966, le général De Gaulle a renvoyé les GI’s dans leurs pénates et la bannière étoilée a cessé alors de flotter à Captieux. Pour autant, les lupanars ont continué à prospérer dans le petit village, avec les nombreux clients qui y avaient pris leurs habitudes. 

Equipes de rugby, notables bordelais, employés marmandais ou langonnais, le Poteau brassait une population variée, y compris des Beaux Mecs du Milieu. Dans les années 80, l’ambiance était même devenue pesante. Autour des bordels gravitait une faune de criminels, ou au moins de petits truands. J’ai rencontré des anciens qui y avaient leurs habitudes. Certains n’hésitaient pas à parcourir des dizaines de kilomètres à mobylette pour s’y rendre, voire plus, comme cet homme qui venait de Pau en solex.

Témoignages


L’hebdomadaire Le Républicain a publié sur le site actu.fr un beau reportage relatant l’histoire de ce lieu atypique, qui a profondément marqué la mémoire locale. Certes n’y est pas évoqué le sort des « filles », ni le côté obscur de la prostituions, l’exploitation de la misère, le piège que constitue cette activité, mais il restitue avec fidélité de nombreux témoignages. C’était un lieu de fête, aussi une forme de légende, autant qu’une cause de scandale.

Varcolac, se déroule en grande partie dans la forêt des Landes Girondines, avec ses immenses parcelles plantées de pins, ses forêts profondes, qui recèlent aussi des marais et de grandes étendues d’eau. L’histoire m’a tout naturellement conduit aux portes du Poteau, point de rencontre du crime organisé, pôle d’attraction de la prostitution. Les fantômes du Poteau se sont réveillés. Certains sont bel et bien vivants et ils veillent sur de terribles secrets. 


Varcolac : Un peu comme si Tarantino et Almodovar s'étaient concertés

Quentin Tarantino, Réservoir Dog...

 " Au-delà du descriptif de la vie en province, l'intrigue devient vite violente et interpelle sur la possibilité que cela se déroule chez nous... Un peu comme si Tarantino et Almodovar s'étaient concertés pour rédiger ce roman... "

"Le style est enlevé, vif et les descriptions saisissantes de réalisme : des modèles automobiles aux armes de guerre, l'auteur a mis un point d'honneur à être précis, méticuleux, y compris dans les scènes de violence extrême ou de pratiques douteuses, voire répréhensibles."

 " L'intrigue puise ses racines dans l'actualité récente : la base militaire américaine de Captieux, l'armée, les filles, les clandés, les politiques compromis, tout y est. Rajoutez à cela une équipe de paramilitaires venus des Balkans et le tableau sera complet. Côté style, les retours ou digressions servent toujours l'intrigue, l'éclaircissent, et les "audaces lexicales" servent toujours le sens." 

Sud-Ouest du samedi  5 juin 2021 -  Jean-Paul Populu de La Forge

mercredi 8 septembre 2021

Varcolac, l'homme-loup des Landes : découvrez le teaser vidéo


Varcolac, l'homme-loup des Landes est disponible à l'achat chez Books on demand. Il sera en vente auprès de la plupart des libraires, y compris en ligne d'ici quelques jours (vers le 29 mars). Vous pourrez alors le commander chez votre "dealer" local préféré. A partir de l'ISBN, il doit pouvoir le trouver sur ses logiciels de commande. En attendant, voici le teaser :

mardi 27 juillet 2021

Bruit de mocassins : le retour de l'extrême centre

Le centrisme se paye une grosse colère.

Depuis plusieurs semaines, de gentils centristes se sont mués en talibans de la solidarité sanitaire et en khmers orange de la bienpensance aseptisée. On assiste de leur part à un florilège de propositions, inouïes de la part de distingués libéraux, comportant les termes autrefois honnis d'interdiction, d'exclusion, de privation, d'obligation ; un discours en lisière de l'appropriation culturelle du totalitarisme rouge/brun.

Transmutation du centrisme

J'ai comme l'impression d'assister à la transmutation du paisible peuple du marais en autant d'abominables Hulks, vitupérant une haine sans nom à l'égard de leurs adversaires, sans plus aucune retenue. 

Rien d'étonnant au passage que ces derniers, les complotistes, selon la terminologie officielle,  franchissent sans coup férir le Rubicon du point Godwin et de la reductio ad hitlerum. Le chemin était tracé.

Notez bien au passage que je me place ici dans la posture avantageuse de l'observateur impassible qui ne pose nul jugement. Cette chronique procède des chroniques de l'archipel, où je constate l'effritement de notre société en autant d'îles que de postures.

L'extrême centre existe

Après plus d'une semaine de débats sans mesure, je me suis dit il y a peu, avec un frisson de terreur : "mais bigre, voici l'extrême centre". Bas les masques donc ! Les démocrates autorisés dévoilent le fameux visage de la haine, autrefois réservé aux extrêmes certifiés authentiques, de gauche ou de droite. 

Du fond de mes profondes lacunes historiques, je pensais avoir découvert un nouveau concept. Eh non ! Il avait été théorisé et sous le même néologisme. Rien de mieux que Wikipedia, parfois, pour accéder à certains travaux.

Un concept théorisé et inscrit dans l'histoire

Cette théorie a connu un regain d'intérêt avec la publication de "l'extrême centre, ou le poison français", par Pierre Serna, historien de la Révolution, en 2019. Le titre n'a pas manqué de me rappeler celui d'Abel Bonnard, en 1936 : "Les Modérés, le drame du présent" ; un même sujet, un constat quasi identique de malédiction, mais sous deux panoramas différents. 

Si l'ancien ministre de l'Education de Pétain, issu des milieux maurassiens, trouvait dans cet extrême centre, qu'il ne nommait pas, une force sinistrogyre, entraînant le pays vers la gauche, dans une révolution permanente, Pierre Serna y voit, lui, un mouvement dextrogyre, tirant à droite.

La girouettocratie se radicalise

Autant le dire tout de suite, je n'ai pas lu Serna, je n'ai eu le temps que de regarder une interview de lui sur Le Media. Il me faudra au moins le feuilleter.

J'avais constaté par moi-même que les gentils modérés embouchaient une trompette étonnement retentissante en la circonstance, affichant une détermination surprenante pour des parangons de démocratie, spécialistes de la girouettocratie. Pierre Serna distingue dans l'histoire révolutionnaire les racines de ce tropisme autoritariste des indécis. Abel Bonnard assignait à leurs prédécesseurs le rôle de supplétifs du progressisme.

Quelle perspective ?

N'ayant aucune légitimité universitaire, je me garderais bien de porter un jugement sur le travail de M.Serna. J'ai toutefois lu des travaux historiques en désaccord avec les sien à propos de la période révolutionnaires, plus conformes à ma sensibilité vendéenne.

Je trouve quand même dans son propos un éclairage intéressant, qui permet d'identifier un basculement autoritariste du ventre mou politique, d'autant plus intrigant qu'il se réitère. Je laisse les distingués politologues y discerner des perspectives dont je redoute l'augure.

mardi 13 juillet 2021

Jouez et gagnez un exemplaire de Varcolac dédicacé

Jeu concours, à gagner, un exemplaire dédicacé de Varcolac et 9 exemplaires numériques.

Je vous propose de tenter de gagner un exemplaire dédicacé de Varcolac, ainsi que 9 exemplaire numériques. Pour participer, c'est très simple, il suffit de remplir le formulaire ci-dessous, avant le mercredi 20 juillet 2021 midi. Le tirage au sort aura lieu dans la foulée et les noms des gagnants seront publiés sur les réseaux sociaux (Facebook, Instagram et Twitter). Les lots seront adressés aux gagnants sous huit jours.

Jeu-gratuit, sans obligation d'achat. Du mercredi 14 au 21 juillet 2021, Magnus Latro vous fait gagner un exemplaire de Varcolac, l'homme-loup des Landes, dédicacé et 9 exemplaires numériques. Pour participer, remplissez le formulaire ci-dessous, avant le mercredi 20 juillet 2021, 12h. Les gagnants seront tirés au sort après la clôture des inscriptions. Leur nom sera publié sur la page Facebook de Magnus Latro, sur son compte Twitter et sur Instagram, dans la soirée du 20 juillet. Les exemplaires seront adressés par courrier postal sous 8 jours, à l'adresse indiquée sur le formulaire. Le gagnant recevra 1 exemplaire broché dédicacé au nom indiqué sur le formulaire et à son adresse. 9 exemplaire numériques seront adressés par mail aux 9 suivants, dans le format précisé sur le formulaire. 

Le gagnant recevra 1 exemplaire broché dédicacé au nom indiqué sur le formulaire et à son adresse. 9 exemplaire numériques seront adressés par mail aux 9 suivants, dans le format précisé sur le formulaire. Conformément à la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978, relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés et au Règlement Général sur la Protection des Données n° 2016/679 du 27 avril 2016, les données personnelles vous concernant ne seront utilisées que pour vous fournir des informations concernant le présent concours et sur l'actualité de Magnus Latro. Elles ne pourront en aucun cas être partagées avec quiconque dans un but commercial. Vos données seront conservées pour une durée maximale de 3 ans. Conformément à la réglementation, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification et d'opposition, pour des motifs légitimes ainsi que d'un droit à la limitation du traitement et à la portabilité relative aux données à caractère personnel vous concernant, en vous adressant directement par courrier ou par email (latromagnus@gmail.com). Votre courrier doit préciser votre nom, prénom, adresse postale et doit être accompagné d'une pièce justificative d'identité. Vous avez également le droit d'introduire une réclamation auprès de la CNIL.

mercredi 7 juillet 2021

La maison commune se fissure, ses habitants ont dressé la tente

La tour de Babel s'est effondrée lorsque ses bâtisseurs ont cessé de se comprendre.

Chaque jour, des policiers sont agressés, des passants sont massacrés, des groupuscules détruisent l'espace public, des minorités imposent leurs règles absurdes, sous protection régalienne. Des militants non violents subissent l'arbitraire de juges politisés, quand d'autres bénéficient de leur bienveillance.

La République se meurt. Son agonie entraîne avec elle jusqu'au principe démocratique, dans le mépris du peuple et de la nation. Plus rien ne compte désormais que les intérêts particuliers. Les lubies woke-diversitaire-intersectionnelles-antispécistes sapent le socle héléno-chrétien du pays franc. Les juges défont la loi au gré de l'air du temps, maussade. Les technocrates administrent sans gouverner.

Le tissu social se délite. Des bandes armées privatisent des espaces publics et y imposent leur loi. L'adversaire est devenu un ennemi : au débat s'est substituée l'invective. Une morale à géométrie variable supplante le bon sens. Le bien commun n'est plus. Il a cédé sa place à une juxtaposition d'intérêts particuliers.

Les ministres tombent au champ du désohnneur

L'état de droit est devenu un chantier privé de maître d'œuvre. C'est un campement sauvage où chacun dresse sa tente, autour de laquelle il érige ses frontières, aménage son langage, bricole sa nature. La maison commune s'est fissurée. Elle est inhabitable. On n'y communie plus qu'à la grande table du Commerce. Babel va sombrer. 

Les adversaires du régime se frottent les mains. La corruption le mine. Il en est même fait spectacle. Des ministres tombent au champ du déshonneur, sous les coups des juges. Les magistrats pensent affirmer la droiture du système, ils en démontrent la vacuité et l'incurie. Leurs élucubrations alimentent l'info-spectacle au bénéfice de saltimbanques incultes.

Il n'est plus de vox populi. La ploutocratie s'en est affranchie. Elle a placé le pouvoir hors de portée, désincarné. Le jeu démocratique ressemble à une émission de téléréalité dont se désintéresse le public. C'est un mauvais feuilleton où se succèdent des candidats-limandes, Machiavel de bazar à courtes vues, intermittents d'un spectacle moribond.

Une mauvaise téléréalité

Ils ont laissé échapper jusqu'au panem et circenses qui a tenu aux temps antiques les décombres de Rome. Le boulanger est un obscur faux monnayeur, qui écoule des assignats démonétisés, dans une tour de verre, où s'agitent des petits bonshommes en costumes gris. Monsieur loyal orchestre le labeur d'esclaves, enchaînés à des encodeuses de zéros et de uns, affairés à agiter des marionnettes de Narcisse duplicables à l'infini.

L'école n'élève plus ni les cœurs ni les intelligences. Elle a renoncé à enseigner. Transpercée de toutes parts, elle n'éduque plus. Elle alimente en chair molle et en esprits vides un marché abyssal. 

La matrice laisse pourtant échapper des âmes rebelles. Des esprits libres passent au travers du tamis.

jeudi 17 juin 2021

L'Empereur et les brigands : la légende de Napoléon à l'épreuve d'un dialogue historique

L'Empereur et les brigands, de Corentin Stemler et Guillaume Bernard.

L'Empereur et les brigands, moment d'intimité avec Napoléon, livre, mine de rien, une vision originale du règne de l'empereur des français. Avec la simplicité que permet la forme du dialogue théâtral, cette pièce écrite à quatre mains apporte une grille de décodage de l'œuvre napoléonienne exempte de manichéisme.

Elle échappe à la fois à l'éloge impériale et à la repentance confite qui s'opposent sur ce sujet à l'heure des commémorations ; elle le fait avec une aisance infinie : le livre se lit avec une facilité déconcertante. On le referme en espérant assister à la représentation de la pièce sur les planches.

Vivement le spectacle

Corentin Stemler, jeune co-auteur de l'ouvrage, a écrit et mis en scène Symphonia, une superbe fresque musicale, et fait partie des bénévoles du Puy du Fou. Il a travaillé de concert avec Guillaume Bernard, universitaire, professeur d'histoire du droit et fin politologue, dont la participation est une garantie de justesse historique.

A lire aussi : Baptiste Marchais, Papacito... des bonshommes investissent le web

La principale originalité de l'Empereur et les brigands tient dans son parti pris vendéen. Napoléon échange en effet avec un lecteur marqué par le drame et l'épopée de la Vendée. Ce point de vue permet de décoder, notamment, le rapport de Bonaparte à la religion, mais aussi ses motivations profondes et ses prévention à l'égard de la Révolution et de la République.

Derrière l'apparente simplicité de la forme se dissimule une compréhension de la complexité du personnage historique. C'est à la fois agréable à lire et instructif. Vivement les trois coups....


L'empereur et les brigands - Guillaume Bernard, Corentin Stemler - « Le théâtre de l'histoire » - Format poche. - 112 p. Nouvelles Editions latines, 2021. EAN : 9782723381918

Magnus Latro

mercredi 16 juin 2021

Lycanthropie, le phénomène de l'homme-loup

Le lycanthrope, une figure commune aux légendes européennes, qui trouve aussi des explications dans la science. 


Le loup, prédateur ultime, menace invisible, force obscure, est le reflet de la face sombre de l'homme. Sa sociabilité, son indépendance et sa capacité d'adaptation en font un objet de transfert de toutes les craintes de l'humanité. Il règne sur les forêts, où il domine les autres espèces, jusqu'à son concurrent direct, l'humain.

Rien de surprenant, donc, à ce qu'il se retrouve dans tous les mythes européens et sur les autres continents. Cette présence historique au cœur des légendes se prolonge dans la science, jusqu'à donner son nom à une pathologie humaine : la lycanthropie.

La preuve scientifique du loup-garou

Le lycanthrope est le loup-garou, la légende de l'homme qui se transforme en bête fauve, figure mi humaine mi animale. Il déchire les chairs de ses victimes et sa morsure transmet sa malédiction. C'est aussi un humain qui se sent loup, sous l'effet d'une maladie mentale, ou bien aussi parfois sous l'emprise de psychotropes. 

Le terme s'est étendu progressivement aux pathologies mentales de tous ceux qui ont la certitude d'être devenu un animal : chien, chat, cheval, aigle... Un certain nombre de maladies expliquent également la croyance populaire en l'existence du loup garou.

On peut citer  en particulier la porphyrie, une maladie génétique rare qui se manifeste par des transformations physiques effrayantes, une pilosité excessive et des bouffées délirantes, des psychoses. 

Pour en savoir plus : Wikipedia 


vendredi 11 juin 2021

Varcolac, un mythe indo-européen entre vampire et loup garou

Vampire ou loup-garou ? (CC : David de la Luz)



Vrykolakas en grec moderne, vârcolaci en roumain, vǎrkolak en bulgare et en macédonien... le vircolac est un revenant, un demi-vivant, un loup-garou. C'est un personnage commun à l'ensemble des cultures d'Europe centrale et des Blakans, jusqu'au fin-fond de la Russie. (Source Wikipedia

Il est tour à tour vampire, homme-loup, lycanthrope, loup-garou, mais à coup sûr maléfique et violent. 

Un spectre polymorphe

Selon les contrées, ce spectre est affublé de diverses caractéristiques. En Serbie, si l'on s'en tient à certains contes, on le reconnaissait à sa chevelure rousse et à son regard gris. En Grèce, il frappait à la porte, appelant l'habitant par son nom, avant de passer son chemin. Si l'interpellé venait à lui répondre, il se voyait condamné à une mort certaine, suivie d'un destin de vrykolakas.

C'est pourquoi dans certains villages grec on ne vous ouvrira jamais avant que vous n'ayez frappé une seconde fois. 

Un fauve à abattre

Le Varcolac croît en taille et en puissance tout au long de son règne. Il existe toutefois des moyens de le tuer. Toujours le samedi, lorsqu'il demeure dans son tombeau, à la merci des chasseurs. Les méthodes varient au gré des coutumes : empalement, crémation, découpe... Comme pour son cousin le vampire des Carpathes. 

Selon les spécialistes, il serait proche du Croque-Maur de la culture française, qui s'est transformé en cauchemar dans notre langage courant. 

Il existe un groupe de Métal qui s'est baptisé du doux nom de Vircolac. Dont vous pouvez découvrir ci-dessous le délicat murmure...


vendredi 4 juin 2021

Baptiste Marchais, Papacito... des Bonshommes investissent les réseaux : contre-révolution en marche


Les phasmes androgynes monopolisent l'attention. Leur ombre plane sur l'espace numérique. Ils disent le beau et le vrai, le juste et le bon. Ils admonestent les déviants au nouvel ordre. Ils traquent les viandards-spécistes, mâles-blancs-cisgenrés-ci-devant-oppresseurs, chasseurs-assassins, séducteurs-violeurs, la lie du monde fluide

Depuis leur Aventin, agrainés au soja et au caroube-riche-en-fibre, ils cagnardent leurs revendications, insensibles aux maux du commun. Pythies non genrées, i.e.ll.es jugent, tranchent et prophétisent. Leurs sentences sont irrévocables, exécutées séance tenante par les Samson du Digitalistan : pilori, écartèlement, décapitation ou, horresco refrens, bannissement des agoras virtuelles.

Un vent nouveau sur les réseaux

Mais la résistance s'organise. Des "bonshommes" se taillent leur place dans le grand forum narcissique. Ceux-là parlent franc autour de pièces de barbaque et de flacons de fruits fermentés. Ils se grisent de vitoles après dîner, verre d'Armagnac à la main, en dissertant du Destin. Ils assument leur virilité, directs, cordiaux, provoc', machos et galants, les pieds dans le terroir, la parole désinhibée.

C'est un vent nouveau qui se diffuse sur Internet, chassant les remugles des faux débats, du progressisme échevelé, de la repentance mielleuse et des hystéries revendicatrices. Ils flinguent le parisianisme étriqué et l'universalisme niveleur. Leur existence même est un remède au désenchantement imposé par les censeurs de la pensée larmoyante. 

Les hussards de la réappropriation culturelle

Ils sont Baptiste Marchais (158K abonnés), Papacito (98K abonnés), Greg Toussaint (247K abonnés), Richard sur Terre (33K abonnés), Marsault, Julien Rochedy (122K abonnés), et j'en oublie, chacun avec sa spécialité. Ce sont les youtubeurs de la contrerévolution post-moderne, les influenceurs de la réaction à la déconstruction. Ces factieux patentés ré-enchantent notre histoire commune et acclimatent l'éternel masculin aux temps numériques.  

Ils bougent de la fonte entre deux gueuletons barbares. Ils tapent dans le sac de sable et font parler la poudre. Leur énergie tire sa potion d'une saine culture autant que d'une activité sportive inspirée. Franche rigolade, camaraderie de corps de garde, réflexion affutée, leur verbe libre tape juste. Ce sont les hussards de la réappropriation culturelle.

La plume et le sabre

Ils infusent l'univers digital et agrègent une communauté grandissante et s'essuient les pieds sur les serpillères ectomorphes imprégnées de pensées nématiques

Ils sont délicieusement incorrects. Leur humour sent le vestiaire, "le dimanche à 15h" - camphre, sueur, pot-au-feu, grillades, bière et tabac froid. Il a l'accent des provinces, croix occitane ou de Lorraine, hermine ou lion, lys sur champ d'azur, nef habillée d'argent.

Ils sont enfants de lansquenets et de mousquetaires, petit-fils de poilus, bretteurs : grandes gueules et fines lames. Ils renouvèlent, à l'ère du numérique, une tradition française, vieille comme les Cours d'Amour, Rabelais et Agrippa d'Aubigné : l'union sacrée de la plume et du sabre, celle des délices de gaudrioles et du bon sens.

jeudi 29 avril 2021

La fabrique des bâtards, à faire frémir, ou bondir, au choix



Capt Nemo, a laissé ce commentaire sur ma page Facebook, sous un post : 

"Redoutable !!! A faire frémir ou bondir, c'est au choix. Impossible d'avoir un avis simple et tranché sur votre roman. L'écriture elle même est agréable, fluide et incisive. Ca pourrait se lire d'une traite sans problème. Un bon "page turner". 

"Sur le fond du roman, très grosse implication politique et religieuse. Est ce un choix de votre part d'avoir des personnages aussi tranchés, limite caricaturaux ou sont-ce vos propres positions religieuses et politiques ? Ca, c'est pour ce qui peu faire bondir. "

"Ce qui peu faire frémir, c'est qu'on n'est plus sur de l'anticipation mais sur de la prémonition et que se genre de situation peu très bien arriver assez rapidement. Nos politiques semblent bosser dans ce sens, et ça ne fait pas rêver .... Au final, joli coup pour un premier roman, vous m'avez donné envie de continuer à vous lire." 

Une petite réponse s'impose à ce lecteur enthousiaste, que je remercie d'avoir pris le temps de me laisser une bonne note sur Kobo.

Je vous remercie pour votre commentaire, élogieux... 

Il y a forcément un peu de moi de-ci de-là. Mais les avis exprimés dans ce livre sont ceux des personnages, comme il est de coutume de dire. 

Ils sont caricaturaux, j'en conviens, mais c'est ce qui justifie des prises de positions radicales, sans quoi, il n'y aurait pas d'aventure, ni d'histoire. Les tièdes ne renversent pas les tables. Ils râlent sur les réseaux sociaux, autrefois au bistrot, et ils commentent le discours politique devant le télé, une bière à la main.

J'ai aussi la conviction que certaines personnes ont la capacité de s'engager sur un coup de tête dans des actions qui les dépassent. Ils bouleversent leur vie et celle de leurs proches, sans pour autant y avoir été conduit par une pensée construite.  

Tout ce que je décris dans la fabrique des bâtards existe plus ou moins en germe quelque part. Ce qui m'interpelle dans ces réalités, c'est qu'elles génèrent une division infinie. Sur de multiples points de friction, les avis se radicalisent et génèrent autant de points de rupture qui deviennent des lignes de fracture. 

Ce qui nous unit est devenu moins fort que ce qui nous divise.


mardi 13 avril 2021

Où trouver Varcolac, en édition numérique e-book ou au format broché

Varcolac - L'homme-loup des Landes est en vente dans toutes les librairies. Il suffit de le demander à votre libraire, qui le recherche dans sa base de données et le commande auprès de son service attitré.

Vous pouvez aussi le commander en ligne chez tous les opérateurs de vente en ligne de livres, même si le plus simple demeure de passer commande en direct chez BoD, Books on demand, l'éditeur. 

Le livre existe aussi en version numérique, pour tous les supports. Il suffit de passer par votre interface habituelle Kindle, Kobo ou autre. 

Si vous ne disposez pas de liseuse, il existe de très bonnes applis pour mobiles ou tablettes..

Dédicacé

Pour une version dédicacée, je m'efforce de maintenir un petit stock chez moi, rendez-vous donc sur ma boutique en ligne. Le paiement est sécurisé par PayPal ou par carte bleue. Je suis dans l'obligation de demander une participation aux frais d'envoi. La Poste ne fait pas de cadeau... 

Les références :
Varcolac L'homme-Loup des Landes
éditeur Books on demand (BOD)
ISBN : 9782322267620







jeudi 1 avril 2021

Parlez gavé bien gascon ! Top 20 des expressions du Sud-Ouest et de Bordeaux

Course landaise, activité landaise (photo : Luc Barre)

1/ Gavé ! C'est la top expression numéro un, qui signifie trop, énormément, beaucoup. "C'est gavé bien", ou "gavé trop bien !"

2/ Anqui ! Un signe de ponctuation chez certains, qui le sèment à tout bout de champs. Des linguistes se sont aventurés à y trouver une autre origine que la contraction de "enculé" (pardon), mais on a du mal à s'en convaincre.

3/ Dailler : s'emploie le plus souvent sur le mode "ça daille !" qui signifie, c'est embâtant, voire, c'est carrément "chiant".

4/ Une poche : c'est un sac. Voire un sac à vin.

Vous le reconnaissez ?

5/ Chocolatine : pain au chocolat. Sujet de débat.

6/ Drôles : les enfants, les gosses, les jeunes.

Pain au chocolat, pardon, chocolatine...

7/ Adishatz : salut, kenavo (en Breton)

8/ Adiou : adieu, ou bonjour, ou salut. Bien pratique quand on ne sait plus très bien où on en est quand on est en bringue.


9/
Pète : un coup. 

10/ Pèguer : ça colle, ça poisse.

11/ Tèque : un coup.

12/ Pigne : petit coup de poing. Sous la mêlée, souvent.

13/ Tchi ; rien. Guère plusse, guère moinsse. Notez cette propension locale à prononsssser les èsse.


Ceci n'est pas un vulgaire pigeon.

14/ Faire de l'essence : une expression surprenante qui ne relève en rien de l'activité pétrochimique, mais consiste à remplir le réservoir de son automobile. Le nouveau maire de Bordeaux, hostile aux arbres morts et aux autos, réfléchirait à l'interdire.

15/ Pitchou, Pitchoune ou pitchounette : petits enfants. 

16/ Palombe : pigeon ramier. L'oiseau bleu. L'objet d'un culte mystique, prétexte à un mois de libations ininterrompues dans des cabanes, appelées palombières, peuplées de paloumayres. 

17/ Caguer : se pratique ordinairement dans un lieu clos, à l'abri des regards et des nez, assis sur une selle.

Cabane au fond du jardin, chère au pastiche d'un célèbre chanteur à accent et à moustache du Lot-et-Garonne.

18/ Cèpe : c'est avant tout un champignon qui bénéficie aussi d'un culte immodéré, pouvant donner lieu à des rixes et à des fâches interminables. Précédé de grand, soit "grand cèpe", signifie idiot.

Cèpe, champignon.

19/ Oh con : bigre, cornegidouille, exprime la surprise.

20/ Poutou : élu à la mairie de Bordeaux (eh oui !) Mais surtout (bon) baiser (de Moscou, peut être).

Baiser de russie, élu bordelais (photo : Patrice Calatayu)



jeudi 25 mars 2021

Aconit et vieilles dentelles : "Passé un certain âge", un bonbon acidulé

Un policier qui se lit au coin du feu et passe bien mieux qu'un jus de citron. 

Loli Artesia n'a rien contre les personnes âgées, même si le premier chapitre de son polar, Passé un certain âge, dépeint les aînés en vieilles badernes aigries, oisives et aux préoccupations oiseuses : un portrait au vitriol, jubilatoire. 

On comprend très vite qu'il ne s'agit que d'une figure de style, qui plante le décor des protagonistes de son enquête policière, une bande de retraités désœuvrés, dont personne n'aimerait partager le voisinage.

Le cadavre d'une "charmante vieille dame", Dominique Carvin, victime d'un double meurtre, est retrouvée à son domicile par son amie, Cléophée Polidori... Le cercle des intimes de ce Minotaure défunt est constitué d'un bestiaire antique, dont les amitiés bancales claudiquent sur la promenade des Anglais et dissimule de sombres secrets. 

Mais chut ! L'auteure tient son lecteur en haleine jusqu'à la fin, avec un dénouement à la Agatha Christie. 

Ce joli roman emploie avec finesse et modernité les codes de l'enquête policière classique. Des personnages énigmatiques résistent aux tentatives de percer leur secret. L'enquêteur révèle petit à petit des fêlures insoupçonnées. La vie collective en vase clos des suspects s'est construite sur des destins croisés et recèle les pires cachoteries. Le lecteur se fourvoie sur des pistes fantaisistes. C'est efficace et bien troussé.

Jalousies, envies, rancœurs, le microcosme qui gravite autour de la victime, tuée et re-tuée, cultive les péchés capitaux, comme feu ma grand-mère les plantes aromatiques. Certains jardins secrets dissimulent des venins déroutants. 

Le roman, lui, est une friandise qui laisse sur la langue un goût acidulé d'agrumes confits et le souvenir d'un parfum de verveine sur fond de lavande. 

A lire.

Passé un certain âge, par Loli Artesia

vendredi 12 mars 2021

Les antispécistes à l'assaut du monde rural et ils ne sont pas écolos

Une manifestation anti-spéciste, contre la consommation de viande.


Les actions véganes à l'encontre de la filière viande se multiplient en France à l'imitation des méthodes employées aux USA et en Grande Bretagne. Ce n'est pas un hasard si c'est dans le Nord que les premières actions ont été recensées, directement importée d'outre-Manche. De happenings douteux en actions coups de poings, quand il ne s'agit pas d'infiltration au cœur même des lieux d'élevage, la lutte animaliste a eu tôt fait de partir à la conquête des campagnes. 

"Ils n’avaient pas encore frappé dans la capitale mais c’est chose faite, les vegans sont entrés dans Paris avec leur tâches de sang et leurs cervelles de moineaux." Marianne saluait le 7 mai 2019 la première action antispéciste contre une boucherie (bio) parisienne, d'une tribune tonitruante de Perico Légasse. Depuis, ils ont essaimé jusque dans le monde rural et bénéficient même du soutien à peine dissimulé des médias nationaux, comme France Télévision qui offre à Hugo Clement une tribune depuis septembre 2019.

Contre l'holocauste des canards à Bazas

A Bazas,en Gironde, terre d'élevage et de tradition, des anti-spécistes ont manifestés contre "l'holocauste de milliers de canards" et tant pis pour l'outrance. Les éleveurs locaux ont su les accueillir, relate Le Républicain. La tension était palpable et les agriculteurs de la confédération rurale ne se sont pas privés de canarder les pétitionnaires à la ventrêche. 

Il suffit de saisir "manifestation antispéciste" dans Google pour voir remonter des dizaines de vidéos d'actions à travers nos campagnes. La guerre est bel et bien déclarée.


Dans le même temps s'est organisée une attaque en règle contre la chasse, désormais sans cesse cible des abolitionnistes de tout poil. Dans l'Oise, il ne se passe pas un week-end sans que les équipages chassant en forêt de Compiègne ne doivent affronter les commandos d'AVA (abolissons la vénerie aujourd'hui). Les chasseurs ont bien compris que l'attaque contre la vénerie était l'avant-garde d'un mouvement plus ambitieux. Et ils étaient 800 dans les Landes à la veille de l'ouverture pour apporter leur soutien au président de la Société de Vénerie. 

La ruralité vit une mutation qu'elle n'a pas vu venir. Les signes avant-coureurs avaient fait sourire les anciens : néo-ruraux indisposés par les bruits de la campagne et les odeurs de lisier, gentils bobos perdus sans réseau Internet...  Mais les nunuches se sont transformés en  anti-chasses militants prêts à en découdre. Ils se sont joints aux manifestations de citadins qui contestent les modes de production. Désormais, une nouvelle fracture se dessine au cœur de la France profonde, avec sa violence et ses intolérances.

Le mouvement animaliste est devenu politique. Il l'était depuis le début, puisqu'il puise ses racines dans le terreau de l'ultra-gauche, à qui il emprunte les méthode d'agit-prop, les modes opératoires violents et la soft communication. La mécanique est bien rôdée et son discours touche le public, à travers l'exploitation d'images choc et un discours adapté aux réseaux sociaux.  

L'anti-spécisme n'est pas écologique

L'anti-spécisme bénéficie d'une aura écolo, quand bien même l'atteinte de ses objectifs reviendrait à soumettre l'alimentation humaine à une industrie qui n'aurait plus rien d'agro. L'éradication des protéines d'origine animale de la nourriture aurait pour conséquence l'usage de substituts, produits par transformations lourdes et la fin de l'agriculture traditionnelle. 

Impression d'un steak en 3D à partir de protéines d'origine végétale.

Derrière le combat pour le bien-être animal se dissimulent deux entreprises a-priori contradictoires. Tandis que des activistes se battent avec des arrière-pensées idéologiques altermondialistes, des industriels peaufinent les technologies qui permettront de fabriquer du faux steak dans des usines délocalisées et déconnectées de notre agriculture. 

Il ne faut pas s'y méprendre, après l'abolition de la corrida et l'interdiction de la chasse à courre, viendra la fin de la chasse, la fermeture des zoos, puis l'extinction de l'élevage et de la pêche. Suivront l'éradication de l'équitation et l'interdiction de détenir des animaux. Les plus en pointe dans ce combat envisagent d'ores et déjà de procurer aux prédateurs des substituts alimentaires non carnés afin de préserver les proies ! Quoi de naturel là-dedans ?

L'anti-spécisme selon Richard sur Terre :