mercredi 24 juin 2020

Le Gaulois réfractaire distribue les baffes



Philippe de Villiers
a profité du confinement pour peaufiner un pamphlet dont ils sont peu désormais à avoir le secret. "Les Gaulois réfractaires réclament des comptes au Nouveau Monde" est donc sorti sans coup férir, pour mieux les faire pleuvoir sur la bande de bras cassés qui a laissé courir le virus à travers le pays et outre les frontières.

L'occasion était belle de montrer du doigt les conséquences du  libre-échangisme et de la désertification industrielle du pays. L'auteur n'a en effet eu de cesse par le passé que de les dénoncer à longueur de campagnes européennes et présidentielles, sous les quolibets, le plus souvent. Il était légitime à sortir ce livre de comptes pour présenter l'addition, tandis que la plupart des conséquences prédites se réalisent.

La douloureuse est lourde, aggravée qu'elle est par deux mois d'arrêt complet de l'économie. L'épidémie était pourtant programmée. De nombreux experts en avaient détecté les dangers. Nul politique ne pouvait en ignorer l'augure. 

Invité de plateaux en plateaux pour défendre son opuscule qui caracole en tête des ventes - et c'est mérité - l'ancien président du Conseil Général de Vendée égrène ses estocades avec jubilation. Ils sont peu à y échapper et surtout pas les membres du gouvernement.

Comble de malchance pour le Nouveau Monde, le risque de partition de la société n'a jamais été aussi sensible. Là encore, Philippe de Villiers, qui est un gourmet en la matière, ne boude pas son plaisir de rappeler ses oracles.

"Les Gaulois réfractaires réclament des comptes au Nouveau Monde" est un pamphlet politique. Il hérissera très fort les adversaires du Vendéen le plus célèbre de la Vème République. D'autant que la plume est acérée, juste précise : "A la fin de l'envoi, je touche".  






vendredi 19 juin 2020

Jean Raspail dans le dernier canot d'écorce pour le royaume au-delà des mers


"Le roi est mort, vive le roi ! " C'est le dernier livre de Jean Raspail entre les mains que j'ai appris son rappel à Dieu. Disparition, décès, mort, ces termes sont impropres concernant un auteur dont l'oeuvre ne va cesser d'alimenter ni les pensées ni les conversations. Les unes pour le meilleur et les autres pour le pire.

Je m'étais promis de lui adresser le premier exemplaire imprimé de mon roman, dont au moins trois des personnages sont patagons, discrètement, comme un clin d’œil. Trop tard. J'ai adressé son exemplaire à qui de droit à la Chancellerie du Royaume.

J'ai été bercé par les chemins d'eau du roi, j'ai chevauché aux côtés des sept cavaliers au crépuscule, j'ai cheminé de nuit vers un sacre à Reims, j'ai rêvé de lignées de Pikkendorff, je me suis endormi au son des tambours sur la neige. Et toujours régnait Orélie-Antoine sur un royaume de glace et de rêves, une flamme au cœur.

L'oeuvre de Jean Raspail répond en écho à un besoin d'élévation. Elle distille de la hauteur d'âme. Elle enveloppe de panache l'existence, de quoi embellir la grisaille et parer l'ordinaire d'élégance.

Auteur d’altitude il a hissé vers les cimes quelques chasseurs d'éternité, bâtisseurs d'Histoire, aventuriers, marins, soldats, scouts ou simples rêveurs. Ses livres alignés au rayonnage comme les gardiens du fort, compagnons de voyages, serrés dans un havresac, ou veilleurs au guet d'un chevet, remplissent chacun leur mission élémentaire : entretenir la flamme.

Les lecteurs de Raspail savent que le volume le plus emblématique de sa bibliographie n'en est pas l'essence. Le camp des saints est significatif à bien des égards, mais il est insuffisant pour saisir le souffle qui habite l'ensemble et se répand avec d'infinies modulations dans chaque parcelle. 

Il est en revanche symptomatique du temps - si bien compris par l'auteur - que ses détracteurs s'en tiennent à ce livre symbolique, celui-là qui en décrit la déréliction. Les clébards patentés ont dressé derechef leurs bastions branlants aux confins de Patagonie, de crainte que l'endormissement du vieux sage au regard si perçant, dans le fracas d'un chaos qu'il avait prédit, n'éveille à la conscience les esprits embués.

Un canot d'écorce, où fume un brandon, l'a emporté par des canaux incertains, vers une terre de feu et de glace, dans un silence cathédral. Sept cavaliers, un enfant roi et un pêcheur d'âmes l'attendaient, impassibles, aux rives du royaume au-delà des mers, peuplé des derniers fils des civilisations perdues. 

Il était trop tôt pour nous.




mardi 16 juin 2020

La fabrique des bâtards : titre censuré des pubs facebook



Le titre de mon livre n'est pas convenable ! Il ne correspond pas aux valeurs de Facebook. J'ai fait cette découverte en finançant mon premier post "sponsorisé", suite à une proposition du réseau social qui me disait en substance : "cette publication est plus populaire que les autres, touchez des milliers de personnes..."


Avide de faire croître ma "communauté" en vue de faire découvrir mon oeuvre injustement méconnue, j'ai souscrit à l'offre. Et là, surprise !
"Votre publication ne répond pas au standards de la communauté, blablabla " Motif : on n'utilise pas de mots "insultants" ou "grossiers" sur Facebook.

Je présume que le mot grossier est "bâtards", largement employé à des fins d'injures en langage fleuri des quartiers et très souvent accompagné de considérations peu bienveillantes à l'égard de la profession présumée de la maman dudit interpellé. 

Donc voilà, à chaque fois que j'ai essayé de booster un post comportant le titre de mon roman "La fabrique des bâtards", je me suis heurté à cet écueil. 

C'est pourquoi je l'écris désormais en remplaçant les a de bâtards par des fleurs de lys. C'est fleuri, plus joli et aussi plus poli, selon les censeurs de la novlangue.

Pour lire le roman cliquez ici. 

vendredi 12 juin 2020

Ami cisgenre non racisé, confesse tes crimes !


Dans une vidéo postée voici un an, Sanglier Sympa montrait les dérives de la bien-pensance institutionnalisée, à Evergreen, une université américaine. Cette vidéo prend aujourd'hui tout son sens, en pleine mise en oeuvre à grande échelle du principe de racisme systémique. 

Pour comprendre comment, aux USA et dans le monde entier, des personnes apparemment saines de corps et d'esprit en arrivent à poser le genou à terre pour demander pardon de crimes qu'elles n'ont pas commis, il suffit de savoir que l'alpha et l'omega du progressisme réside désormais dans la reconnaissance de dominations présupposées.

L'université d'Evergrenn expérimente in-vivo cette idéologie, jusqu'à l'absurde. Cette estimée institution concentre ce qui se fait de mieux en matière de perspective à quoi devrait aboutir notre civilisation et passe par l'atomisation des communautés façon puzzle. 

Préparez-vous à pratiquer l'auto-flagellation à la mode Mao revisitée selon les critères des luttes intersectionnelles. Sanglier Sympa nous fait découvrir ce modèle de phalenstère du XXIème siècle.

Vous devez savoir au préalable, qu'à moins d'être transgenre, racisé, non éduqué, handicapé, vous bénéficiez nécessairement d'un nombre incalculable de privilèges qu'il vous faudra reconnaître publiquement. Vous êtes également nécessairement raciste, y compris si vous faites partie de SOS Racisme et avez participé à la marche des beurs. Tout non-racisé [blanc européen] est affecté depuis sa naissance par ce péché originel que nul baptême ne permet d'expier.




On découvre dans la vidéo ci-dessous comment une institution universitaire pratique l'autocritique publique et l'inflige aux professeurs et à la hiérarchie, avec une violence inouïe, au prétexte d'un racisme systémique présumé, dont il est même interdit de réclamer la preuve. La science et la réflexion relevant du privilège banc, leur usage en vue de contestation n'est pas permis.

Vous allez dire, "pas chez nous !" Eh bien détrompez-vous ! Cette pensée est très précisément celle qui s'immisce lentement dans les université française, qui sera 
donc celle des enseignants dans les années à venir et sera diffusée dans les écoles ; puisque c'est ainsi que le progressisme le plus abscons trace sa route depuis désormais plus d'un demi-siècle.

Au bout du chemin se trouve la partition absolue de la société : le pauvre face au riche, le handicapé face au bien-portant, le racisé contre le blanc, le savant contre l'ignorant, l'homme contre la femme, le cisgenre contre le transgenre, le fils contre le père, la fourmi contre la cigale, le végan contre le viandard, jusqu'à l'inifni, ad nauseam.


vendredi 5 juin 2020

Plus rien ne devait être comme avant et voici que tout recommence


Des énervés éructent dans des porte-voix. Des reporters des luttes sociales en diffusent les images en direct sur des réseaux dits sociaux et des ânalystes ânonnent doctement en boucle dans les postes de télévision. 
Le voici donc le monde d'après.
Les esprits savants l'avaient prédit : "plus rien ne sera jamais comme avant cette épidémie : il y aura un avant et un après". Je ne vois pas encore la différence.

Les révolutionnaires du monde juste avant étaient en jaune, ils criaient à l'injustice et des petits bourgeois masqués enflammaient les centres-villes aux côtés de racailles en survêtement. Ceux du monde juste après sont en couleur, ils crient à l'injustice et des petits bourgeois masqués enflamment les centres-villes, accompagnés de racailles en survêtement.

Et tous ces courageux révolutionnaires s'en retournent chez eux consommer à outrance en dépit des milices présupposées fascistes, des violences policières et des hordes racistes.
La lutte se poursuit sur Twitter à coups de hashtags et les souris accouchent d'une montagne qui leur masque l'horizon. 



Le monde d'après qui vient est déjà là. Il se repaît des divisions et des haines recuites. Il se défie de l'intersectionnalité et de la lutte des sexes comme de celle des races et de la tectoniques des plaques. Il lui suffit que circulent librement les êtres et les biens ; les premiers au services des seconds.

Emmuré pour la Première Guerre Mondiale  de l’Asepsie, chacun avait pu introspecter son surmoi en vue de déterminer ses responsabilité dans une infection planétaire. Des voix s'étaient élevées pour appeler à circonscrire les activités humaines aux frontières des pays et de la raison. 

Et chacun d'opiner entre deux séries Netflix sur des écrans made in China, le fessier enserré dans des nippes cousues par des mains d'enfants bengalis. Et sonnait à la porte le livreur sous-payé Uber-eat, ou celui d'Amazon... Surtout, ne jamais cesser de consommer.

Le monde d'après est là. Il cultive sa mythologie nourrie de monstres à tête d'homme. La crainte rassemble le troupeau sous la houlette du berger. Sans loup pas de troupeau protecteur ni de pasteur tout-puissant. 

mercredi 3 juin 2020

Émeutes et violences, la toile de fond de la fabrique des bâtards est celle du quotidien


De la violence au quotidien, la France a glissé dans l'état insurrectionnel permanent. La sécession territoriale sera l'étape suivante, sous un vocable plus acceptable, probablement à la faveur d'une réforme institutionnelle décentralisatrice.

Il m'a donc semblé inévitable que la fabrique des bâtards, qui prenait le parti d'un récit dystopique, s'affiche en surimpression de cette ambiance chaotique. L'exode, les combats, la guerre civile et tout ce qui accompagne le déroulé de l'action se sont inscrits entre les lignes comme le décor d'un tableau. Je n'ai pas souhaité m'en expliquer dans le livre qui n'est pas une tribune politique, afin d'en maintenir la tension à travers les chapitres, mais voici en quelques lignes les réflexions qui ont conduit mon choix.

En un demi-siècle, je crois, dans toutes les zones périurbaines de France, une population exogène s'est substituée à des natifs qui, eux-même n'étaient que les enfants et petits enfants de l'exode rural. Au lumpenproletariat européen massivement déplacé au nom du progrès et du modernisme, pour une industrie aujourd'hui délocalisée, a succédé, dans les banlieues, les déclassés de la migration de masse. 

Une misère chasse l'autre, toujours attirée par l'Eldorado. Mais personne n'a souhaité anticiper les particularismes des nouveaux venus.

Dans les territoires dortoirs suburbains situés à l'écart des circuits économiques productifs s'est développée une sous-société dont les deux mamelles sont les aides sociales et le marché parallèle. Comme toute société moderne fondée sur la croissance, ces îlots sont soumis à des règles du commerce nécessitant une extension sans fin vers de nouveaux marchés, des espaces à conquérir, des âmes à dominer.

Ces quartiers fonctionnent en micros-états, dotés de leur propre police, de leurs coutumes et de leurs frontières. Ses habitants en ont écrit une histoire commune construite à rebours de celle de la France et dont la légitimité est entretenue à des fins politiciennes. Et il n'est plus légal d'en contester le bien-fondé.

Y rétablir l'ordre républicain reviendrait à y assécher d'un coup l'économie et à priver une partie non négligeable de ses habitants de l'essentiel de son confort.
Encore faudrait-il être à même d'y parvenir, car y pénétrer sous couvert de la cocarde tricolore constitue un cas d'ingérence et une déclaration de guerre.

Il faudrait se pencher plus en détail sur ce qui rend impossible la réintégration de ses banlieues perdues par la République. Il y a tant à dire sur ce phénomène devenu un cas de discorde nationale. 

La première raison de cette incapacité est la révolution permanente ou son avatar moderne, un progressisme éperdu voué à la conquête incessante de l'individualisme absolu. Les autres - l'électoralisme, la réalité économique et la sécurité - ne sont en fait que secondaires et découlent des fondamentaux idéologiques du régime républicain.

Cette République aura beau brader autorité et souveraineté et favoriser des enclaves autonomes - comme je le pressens - elle devra sans cesse s'opposer aux visées expansionnistes des caïds qui y règnent et ont pour nécessité de gesticuler dans des aurores enfumées pour mieux asseoir leurs baronnies éphémères. 

mardi 2 juin 2020

Partir, c'est mourir un peu, pour l'honneur des Romanov


Dans la nuit du 16 au 17 juillet 1918 était perpétré le massacre de la famille impériale russe : Nicolas II, son épouse Alexandra, leurs filles Olga, Tatiana, Maria et Anastasia, et leur fils Alexis. L'histoire n'est plus à réécrire à ce sujet. Les circonstances de ce massacre épouvantable sont largement connues : l'empereur déchu abattu en premier puis son épouse, dans une cave ; le tsésarévitch rampant vers la sortie achevé à coup de baïonnette, ses sœurs exécutées tout aussi sauvagement.

Un portrait intime de la famille impériale

Cet événement prend une dimension plus terrible encore à la lecture de "Partir c'est mourir un peu". Le roman historique d'Alexandrre Page ne relate pas la tuerie d'Iékaternibourg. Il raconte les années qui ont précédé la révolution soviétique du point de vue d'un proche de la famille impériale russe : le professeur d'Allemand Igor Kleinenberg. Le narrateur de ce récit est à la fois observateur extérieur et témoin impliqué. 

Avec lui, le lecteur s'éprend petit à petit des enfants Romanov. Il se laisse séduire par les espiègleries d'Anastasia. Il devine en toute pudeur les premiers émois d'Olga et de Tatiana, avec les jeunes marins du Standart, le yacht impérial, puis, plus tard, pour ces jeunes officiers blessés qu'elles soignent au quotidien. Il s'inquiète pour Alexis, si souvent malade en raison de son hémophilie et pour Alexandra, elle aussi de santé fragile.

Un voyage nostalgique

Aux côtés de Herr Kleinenberg, les événements, petits et grands de la vie des Romanov dessinent le portrait d'une famille non pas ordinaire, mais extraordinaire dans sa simplicité et de par la générosité de ses membres. Alexandra, décriée par l’aristocratie et la bourgeoisie de Saint-Petersbourg en raison de ses origines allemandes était tout-entière dévouée au peuple russe. Nicolas II dans la tourmente du conflit mondial prenait fait et cause pour son armée, conscient des carences de son état major et de son administration.

Si "partir, c'est mourir un peu", lire c'est partir beaucoup, quand il s'agit d'embarquer pour un voyage littéraire aux confins de l'Europe, quand l'aube des temps modernes devient le crépuscule d'une civilisation. 

Alexandre Page livre là un remarquable travail d'historien que l'on prend plaisir à lire. 

Deux chroniques [sympas] en même temps : j'ai eu mon instant résultats du bac

Deux chroniques sympa en même temps, c'est trop d'un coup. (CC)

Coup sur coup, deux aimables chroniqueuses se sont penchées sur mon modeste chef-d'oeuvre ; modeste parce qu'il faut toujours être modeste, chef- d'oeuvre, dans la mesure où je n'en ai pas d'autre à proposer. Et donc ces deux aimables lectrices ont remis leur chronique à quelques heures d'intervalle.

Comme à l'accoutumée, je me suis précipité le cœur battant, à l'instar d'un bachelier, fin juin, en bas du lycée, le jour fatidique ; un instant délicieux qui manquera à jamais à la promotion Covid-19.

Je remercie donc ces aficionadas de la lecture qui font le sel de l'univers de l'auto-édition et sans qui rien ne serait possible. Il convient de leur laisser la parole, sans n'y rien ajouter.

L'auteur a su me faire retourner à la lecture (Solène)


" Tout d'abord, je tenais à remercier l'auteur pour deux choses, d'une part de m'avoir contacté pour son livre et d'autre part d'avoir pris en compte mon état, et d'avoir décalé la date de délai. [Serviteur; NDLR]

Depuis jeudi, j'ai donc ma nouvelle liseuse et j'ai pu me plonger dans le livre de Magnus Latro, qui m'a tenue en haleine du début à la fin et cela faisait longtemps que je n'avais pas réussi à me plonger comme cela dans un livre [On ne m'avait jamais écrit quelque chose d'aussi gentil depuis longtemps].

L'auteur a donc su me faire retourner dans la lecture car dans ce livre le suspens est haletant avec cette dystopie politique. Vous allez me dire : mais qu'est-ce qu'une dystopie?" eh bien c'est un récit de fiction qui décrit un monde utopique sombre.

Dans son roman, l'auteur aborde le sujet de la coparentalité partagé mais surtout une une vision assez effrayante de notre société actuelle.
Je ne voudrais pas en dire trop afin de ne pas spoiler et ce livre est à découvrir ainsi que l'auteur qui est d'une gentillesse incroyable.

Alors merci Magnus Latro pour ce bon moment de lecture "
Note :
/4

Un roman à conseiller aux amateurs de dystopie, pour Océane


" Comme à mon habitude, je n’avais pas lu le résumé de ce livre avant de le commencer afin de ne pas avoir d’à priori sur cette histoire. [quelle curieuse idée ? NDLR]
Il s’agit d’une dystopie, ce que je lis très peu. En effet, je peine un peu à me projeter dans l’avenir et les dystopies sont, pour moi, très abstraites.


" Celle-ci semble se situer dans un futur très proche. Dans ce roman, on parle notamment de la gestation pour autrui vue différemment et des évolutions de l’immigration en France. Un sujet assez politique donc, et je dois avouer que je ne m’intéresse pas vraiment à la politique…

Je ne pourrai donc pas vous dire que j’ai adoré ce roman, néanmoins j’ai trouvé que les personnages étaient tous bien développés, qu’ils soient principaux ou secondaires. On comprend rapidement leur point de vue et on peut s’identifier à eux. Les scènes d’action sont également bien décrites, on comprend ce qu’il s’y passe. 

"J’ai également été surprise de l’imagination de l’auteur pour avoir une idée d’une histoire comme celle-ci." [Merci pour lui, NDLR]

J’ai trouvé que l’histoire peinait à démarrer au cours des premières pages. Finalement, je pense que ces descriptions sont nécessaires afin de comprendre ce qui se joue dans ce roman.

Je vous conseille donc ce roman si vous aimez les dystopies et la politique, je pense qu’il vous plaira ! [J'en suis certain pour ma part, NDLR]" 

Note : 12/20