mercredi 3 juin 2020

Émeutes et violences, la toile de fond de la fabrique des bâtards est celle du quotidien


De la violence au quotidien, la France a glissé dans l'état insurrectionnel permanent. La sécession territoriale sera l'étape suivante, sous un vocable plus acceptable, probablement à la faveur d'une réforme institutionnelle décentralisatrice.

Il m'a donc semblé inévitable que la fabrique des bâtards, qui prenait le parti d'un récit dystopique, s'affiche en surimpression de cette ambiance chaotique. L'exode, les combats, la guerre civile et tout ce qui accompagne le déroulé de l'action se sont inscrits entre les lignes comme le décor d'un tableau. Je n'ai pas souhaité m'en expliquer dans le livre qui n'est pas une tribune politique, afin d'en maintenir la tension à travers les chapitres, mais voici en quelques lignes les réflexions qui ont conduit mon choix.

En un demi-siècle, je crois, dans toutes les zones périurbaines de France, une population exogène s'est substituée à des natifs qui, eux-même n'étaient que les enfants et petits enfants de l'exode rural. Au lumpenproletariat européen massivement déplacé au nom du progrès et du modernisme, pour une industrie aujourd'hui délocalisée, a succédé, dans les banlieues, les déclassés de la migration de masse. 

Une misère chasse l'autre, toujours attirée par l'Eldorado. Mais personne n'a souhaité anticiper les particularismes des nouveaux venus.

Dans les territoires dortoirs suburbains situés à l'écart des circuits économiques productifs s'est développée une sous-société dont les deux mamelles sont les aides sociales et le marché parallèle. Comme toute société moderne fondée sur la croissance, ces îlots sont soumis à des règles du commerce nécessitant une extension sans fin vers de nouveaux marchés, des espaces à conquérir, des âmes à dominer.

Ces quartiers fonctionnent en micros-états, dotés de leur propre police, de leurs coutumes et de leurs frontières. Ses habitants en ont écrit une histoire commune construite à rebours de celle de la France et dont la légitimité est entretenue à des fins politiciennes. Et il n'est plus légal d'en contester le bien-fondé.

Y rétablir l'ordre républicain reviendrait à y assécher d'un coup l'économie et à priver une partie non négligeable de ses habitants de l'essentiel de son confort.
Encore faudrait-il être à même d'y parvenir, car y pénétrer sous couvert de la cocarde tricolore constitue un cas d'ingérence et une déclaration de guerre.

Il faudrait se pencher plus en détail sur ce qui rend impossible la réintégration de ses banlieues perdues par la République. Il y a tant à dire sur ce phénomène devenu un cas de discorde nationale. 

La première raison de cette incapacité est la révolution permanente ou son avatar moderne, un progressisme éperdu voué à la conquête incessante de l'individualisme absolu. Les autres - l'électoralisme, la réalité économique et la sécurité - ne sont en fait que secondaires et découlent des fondamentaux idéologiques du régime républicain.

Cette République aura beau brader autorité et souveraineté et favoriser des enclaves autonomes - comme je le pressens - elle devra sans cesse s'opposer aux visées expansionnistes des caïds qui y règnent et ont pour nécessité de gesticuler dans des aurores enfumées pour mieux asseoir leurs baronnies éphémères. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire