jeudi 12 novembre 2020

La fabrique des bâtards, un thriller intense et dérangeant

 

La fabrique des bâtards, un thriller, avec de l'action pure et dure...

Recherché par la police, traqué par l’organisation criminelle d’un magnat du porno, Victor cherche à survivre. Dans sa fuite, il traverse un pays bouleversé par des émeutes urbaines.

L’action d’un homme seul a engendré l'anarchie. Des officines agissent en sous-main jusqu’au sommet du pouvoir. L’inspecteur Ledhu est dépassé et bientôt menacé. Tous les proches du fugitif devront s’exiler.

Au cœur de ce chaos se joue le destin d’un nouveau-né retiré à ses parents, objet de fantasmes et de conjectures. De son avenir dépend aussi celui de la société.

Assassinats, enlèvements, manipulations, trahisons, mensonges d’État et guérillas, les forces qui s’affrontent sont toutes puissantes. Il faudra transgresser les règles pour survivre. Qui y réchappera ? Et à quel prix ?

La fabrique des bâtards est un thriller dystopique intense. Au début était l’expérimentation sociétale ultime, l’alpha et l’oméga de l’égalité et de la fraternité…

 

" Une pépite. Une écriture fluide, incisive, un rythme soutenu, haletant. Il s’agit d’une auto édition et cet ouvrage mériterait bien plus de reconnaissance. Ce livre est une pépite que je prendrai plaisir à relire et à diffuser."

Marion

"C’est un roman assez déroutant qui fait tout de même froid dans le dos mais que je vous conseille car il est tout de même très audacieux. J’ai beaucoup apprécié les personnages travaillés dans le roman et leur évolution au fil des pages ! Un roman qui ne pourra que vous captiver ! "

Kathia

" On a droit à un roman d’action où il y a vraiment de l’action pure et dure, de la baston, de l’hémoglobine à qui mieux mieux, des tueurs, des justiciers, les bons et les méchants. "

Krys Aline

 En format broché ou e-book.

jeudi 5 novembre 2020

Amazon bienfaiteur des arts et des lettres


"Mécène, issu d'une ancienne famille de rois, ô mon rempart et ma douce lueur de gloire." Horace. 

" Amazon est un bienfaiteur de l'auto-édition et de la culture. Je l'affirme haut et fort. Et si un libraire ou un éditeur veut me prouver le contraire, qu'il n'hésite pas à prendre mon roman. Voilà, c'est dit."  

J'ai lancé une énième campagne de promotion de mon roman au tout début du re-confinement, histoire de tenter de le proposer aux néo-reclus. Toute occasion est bonne à saisir en matière de commerce.

A ce jour, la fabrique des bâtards s'est surtout vendue en e-book via Amazon (90%). Le format broché, lui, n'est disponible que sur cette même plateforme. 



Sans Amazon, mon livre, comme beaucoup d'autres, n'existerait pas. 

Pour la première fois, après des dizaines d'opérations promotionnelles, je me vois opposer des refus en mode indigné : "#boycott Amazon", "j'achète local". Les boomers ont de toute évidence oublié qu'ils ont laissé la grande distributions siphonner l'économie locale au bénéfice de multinationales de l'hyper consommation. 

Voici donc ma réponse : je n'ai pas le choix. Amazon est mon seul refuge.

A l'exception notoire de quelques librairies spécialisées, vraiment indépendantes et qui tirent le diable par la queue, le monde du livre est formaté jusqu'au bout de son réseau. C'est une énorme machine à écouler du best-seller, au bénéfice des grosses maisons.

Inutile de s'attarder sur ce modèle qui bénéfice d'exceptions légitimes - à travers le prix unique et une TVA réduite - ce qui permet de se bercer de l'illusion que la France demeure la patrie des arts et des lettres. 

Grâce à ces privilèges, malgré tout, on lit encore des livres dans ce pays et quelques libraires à l'ancienne, alternatifs, voire franchement divergents, parviennent à survivre.

Quelle place pour les auto-édités ?

Il est juste dommage que cette machine n'ait pas trouvé le moyen de faire une place aux petits nouveaux, aux modestes, aux amateurs. Quelques tentatives existent en Europe, notamment à travers BOD (book on demand), qui imprime les ouvrages à l'exemplaire, mais rien ne permet vraiment à un auteur auto-édité de toucher son public, sans passer par Amazon.

En fin de compte, assez peu de livres peuvent s'affranchir de la puissance de cet outil de vente en masse. Et tous les professionnels savent user de ses particularités, et du levier que constitue son sacro-saint classement, devenu le baromètre suprême du succès littéraire. 

mardi 3 novembre 2020

Amazon, le prédateur ultime dans un marigot désert

Le tyrex Amazon est en train de dévorer les lézards qui eux-mêmes ont eu la peau des épiceries de quartier, tuant au passage notre industrie. (Photo DR)

Dans un élan de patriotisme économique mâtiné de régionalisme survivaliste, tout le monde boycotte Amazon. Enfin, en théorie, si j'en juge par le nombre de colis qui encombrent l'arrière salle de mon épicier et le bureau de poste de mon village. Les gens en ressortent les bras chargés de colis, l'air sombre, le regard fuyant, honteux, une excuse au bord des lèvres : "Non mais j'avais commandé avant.. Je n'avais pas le choix...."

Leurs paquets rejoignent dans la malle arrière les sacs plastiques du supermarché du coin, remplis de bouffe industrielle, de boissons sucrées américaines, de fringues fabriquées au Bengladesh et de gadgets made in China.

De quoi devraient s'excuser les victimes de la mondialisation ?

Mais pourquoi devraient-ils s'excuser ? Leurs parents ont dû fermer leur épicerie quand le Mammouth a ouvert dans la zone industrielle. Ils ont perdu leur boulot quand l'usine d'électro-ménager pour laquelle ils avaient quitté la terre a été délocalisée au Maroc. Ils ont été expropriés de ce qu'il restait de la ferme familiale quand la rocade à effacé leur hameau. Ils sont alors allés s'entasser dans un programme immobilier de banlieue où le Français n'est aujourd'hui plus qu'un dialecte parmi d'autres.

A qui devraient-ils présenter leurs excuses ? Au patron de la galerie marchande ? A leur maire qui en a coupé le ruban ? Aux gérants des H&M-Zara-Celio-Kiabi-La-Halle qui importent des T-shirts fabriqués par des esclaves pour eux, chômeurs ?

Le Mammouth s'est éteint à l'heure du réchauffement climatique, non sans avoir écrasé la concurrence artisanale. (photo DR)


Le commerce de centre-ville, une icône bobo

A l'exception notable des artisans, le commerce de centre-ville n'est que le souvenir d'un mode de vie sacrifié, un gadget pour bobo qui promène sa progéniture mal élevée en draisienne Nature et Découverte. Hormis dans les boulangeries, boucheries, charcuteries, restaurants... on y vend soit des cochonneries manufacturées dans le tiers-monde pour le quart-monde local, soit des denrées de luxes inaccessibles au commun.



Le prédateur ultime

Amazon est l'ultime prédateur du commerce de l'ère ultra-libérale. Un emploi créé en périphérie en tuait trois au temps des trente glorieuses. Un manutentionnaire embauché sur une plateforme de e-commerce flingue sans doute trois emplois de caissières de chez Leclerc. I

Alors oui, une paire de mocassins André vendue dans le magasin du coin y subventionne un bout d'emploi, le trottoir qui borde l'enseigne, l'école et l'hôpital. Mais combien plus finançaient les usines de Nancy et d'Arpajon, quand des centaines de petites mains y travaillaient ? 

La grande distribution a brisé notre modèle sociétal. Elle a déchiré le tissu économique en poussant à la délocalisation pour vendre toujours plus, toujours moins cher. Le commerce franchisé n'est rien d'autre que sa déclinaison spécialisée. Et je ne vois toujours pas au nom de quoi il serait préférable d'entretenir ce modèle-là.

Demeure le cas particulier des librairies, commerce de la culture quand il se risque hors des sentiers battus. Mais il faut croire que celui-là n'est plus qu'un faire-valoir d'une contestation pour la forme.