SimPlement.pro

mardi 13 juillet 2021

Jouez et gagnez un exemplaire de Varcolac dédicacé

Jeu concours, à gagner, un exemplaire dédicacé de Varcolac et 9 exemplaires numériques.

Je vous propose de tenter de gagner un exemplaire dédicacé de Varcolac, ainsi que 9 exemplaire numériques. Pour participer, c'est très simple, il suffit de remplir le formulaire ci-dessous, avant le mercredi 20 juillet 2021 midi. Le tirage au sort aura lieu dans la foulée et les noms des gagnants seront publiés sur les réseaux sociaux (Facebook, Instagram et Twitter). Les lots seront adressés aux gagnants sous huit jours.

Jeu-gratuit, sans obligation d'achat. Du mercredi 14 au 21 juillet 2021, Magnus Latro vous fait gagner un exemplaire de Varcolac, l'homme-loup des Landes, dédicacé et 9 exemplaires numériques. Pour participer, remplissez le formulaire ci-dessous, avant le mercredi 20 juillet 2021, 12h. Les gagnants seront tirés au sort après la clôture des inscriptions. Leur nom sera publié sur la page Facebook de Magnus Latro, sur son compte Twitter et sur Instagram, dans la soirée du 20 juillet. Les exemplaires seront adressés par courrier postal sous 8 jours, à l'adresse indiquée sur le formulaire. Le gagnant recevra 1 exemplaire broché dédicacé au nom indiqué sur le formulaire et à son adresse. 9 exemplaire numériques seront adressés par mail aux 9 suivants, dans le format précisé sur le formulaire. 

Le gagnant recevra 1 exemplaire broché dédicacé au nom indiqué sur le formulaire et à son adresse. 9 exemplaire numériques seront adressés par mail aux 9 suivants, dans le format précisé sur le formulaire. Conformément à la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978, relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés et au Règlement Général sur la Protection des Données n° 2016/679 du 27 avril 2016, les données personnelles vous concernant ne seront utilisées que pour vous fournir des informations concernant le présent concours et sur l'actualité de Magnus Latro. Elles ne pourront en aucun cas être partagées avec quiconque dans un but commercial. Vos données seront conservées pour une durée maximale de 3 ans. Conformément à la réglementation, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification et d'opposition, pour des motifs légitimes ainsi que d'un droit à la limitation du traitement et à la portabilité relative aux données à caractère personnel vous concernant, en vous adressant directement par courrier ou par email (latromagnus@gmail.com). Votre courrier doit préciser votre nom, prénom, adresse postale et doit être accompagné d'une pièce justificative d'identité. Vous avez également le droit d'introduire une réclamation auprès de la CNIL.

mercredi 7 juillet 2021

La maison commune se fissure, ses habitants ont dressé la tente

La tour de Babel s'est effondrée lorsque ses bâtisseurs ont cessé de se comprendre.

Chaque jour, des policiers sont agressés, des passants sont massacrés, des groupuscules détruisent l'espace public, des minorités imposent leurs règles absurdes, sous protection régalienne. Des militants non violents subissent l'arbitraire de juges politisés, quand d'autres bénéficient de leur bienveillance.

La République se meurt. Son agonie entraîne avec elle jusqu'au principe démocratique, dans le mépris du peuple et de la nation. Plus rien ne compte désormais que les intérêts particuliers. Les lubies woke-diversitaire-intersectionnelles-antispécistes sapent le socle héléno-chrétien du pays franc. Les juges défont la loi au gré de l'air du temps, maussade. Les technocrates administrent sans gouverner.

Le tissu social se délite. Des bandes armées privatisent des espaces publics et y imposent leur loi. L'adversaire est devenu un ennemi : au débat s'est substituée l'invective. Une morale à géométrie variable supplante le bon sens. Le bien commun n'est plus. Il a cédé sa place à une juxtaposition d'intérêts particuliers.

Les ministres tombent au champ du désohnneur

L'état de droit est devenu un chantier privé de maître d'œuvre. C'est un campement sauvage où chacun dresse sa tente, autour de laquelle il érige ses frontières, aménage son langage, bricole sa nature. La maison commune s'est fissurée. Elle est inhabitable. On n'y communie plus qu'à la grande table du Commerce. Babel va sombrer. 

Les adversaires du régime se frottent les mains. La corruption le mine. Il en est même fait spectacle. Des ministres tombent au champ du déshonneur, sous les coups des juges. Les magistrats pensent affirmer la droiture du système, ils en démontrent la vacuité et l'incurie. Leurs élucubrations alimentent l'info-spectacle au bénéfice de saltimbanques incultes.

Il n'est plus de vox populi. La ploutocratie s'en est affranchie. Elle a placé le pouvoir hors de portée, désincarné. Le jeu démocratique ressemble à une émission de téléréalité dont se désintéresse le public. C'est un mauvais feuilleton où se succèdent des candidats-limandes, Machiavel de bazar à courtes vues, intermittents d'un spectacle moribond.

Une mauvaise téléréalité

Ils ont laissé échapper jusqu'au panem et circenses qui a tenu aux temps antiques les décombres de Rome. Le boulanger est un obscur faux monnayeur, qui écoule des assignats démonétisés, dans une tour de verre, où s'agitent des petits bonshommes en costumes gris. Monsieur loyal orchestre le labeur d'esclaves, enchaînés à des encodeuses de zéros et de uns, affairés à agiter des marionnettes de Narcisse duplicables à l'infini.

L'école n'élève plus ni les cœurs ni les intelligences. Elle a renoncé à enseigner. Transpercée de toutes parts, elle n'éduque plus. Elle alimente en chair molle et en esprits vides un marché abyssal. 

La matrice laisse pourtant échapper des âmes rebelles. Des esprits libres passent au travers du tamis.

jeudi 17 juin 2021

L'Empereur et les brigands : la légende de Napoléon à l'épreuve d'un dialogue historique

L'Empereur et les brigands, de Corentin Stemler et Guillaume Bernard.

L'Empereur et les brigands, moment d'intimité avec Napoléon, livre, mine de rien, une vision originale du règne de l'empereur des français. Avec la simplicité que permet la forme du dialogue théâtral, cette pièce écrite à quatre mains apporte une grille de décodage de l'œuvre napoléonienne exempte de manichéisme.

Elle échappe à la fois à l'éloge impériale et à la repentance confite qui s'opposent sur ce sujet à l'heure des commémorations ; elle le fait avec une aisance infinie : le livre se lit avec une facilité déconcertante. On le referme en espérant assister à la représentation de la pièce sur les planches.

Vivement le spectacle

Corentin Stemler, jeune co-auteur de l'ouvrage, a écrit et mis en scène Symphonia, une superbe fresque musicale, et fait partie des bénévoles du Puy du Fou. Il a travaillé de concert avec Guillaume Bernard, universitaire, professeur d'histoire du droit et fin politologue, dont la participation est une garantie de justesse historique.

A lire aussi : Baptiste Marchais, Papacito... des bonshommes investissent le web

La principale originalité de l'Empereur et les brigands tient dans son parti pris vendéen. Napoléon échange en effet avec un lecteur marqué par le drame et l'épopée de la Vendée. Ce point de vue permet de décoder, notamment, le rapport de Bonaparte à la religion, mais aussi ses motivations profondes et ses prévention à l'égard de la Révolution et de la République.

Derrière l'apparente simplicité de la forme se dissimule une compréhension de la complexité du personnage historique. C'est à la fois agréable à lire et instructif. Vivement les trois coups....


L'empereur et les brigands - Guillaume Bernard, Corentin Stemler - « Le théâtre de l'histoire » - Format poche. - 112 p. Nouvelles Editions latines, 2021. EAN : 9782723381918

Magnus Latro

mercredi 16 juin 2021

Lycanthropie, le phénomène de l'homme-loup

Le lycanthrope, une figure commune aux légendes européennes, qui trouve aussi des explications dans la science. 


Le loup, prédateur ultime, menace invisible, force obscure, est le reflet de la face sombre de l'homme. Sa sociabilité, son indépendance et sa capacité d'adaptation en font un objet de transfert de toutes les craintes de l'humanité. Il règne sur les forêts, où il domine les autres espèces, jusqu'à son concurrent direct, l'humain.

Rien de surprenant, donc, à ce qu'il se retrouve dans tous les mythes européens et sur les autres continents. Cette présence historique au cœur des légendes se prolonge dans la science, jusqu'à donner son nom à une pathologie humaine : la lycanthropie.

La preuve scientifique du loup-garou

Le lycanthrope est le loup-garou, la légende de l'homme qui se transforme en bête fauve, figure mi humaine mi animale. Il déchire les chairs de ses victimes et sa morsure transmet sa malédiction. C'est aussi un humain qui se sent loup, sous l'effet d'une maladie mentale, ou bien aussi parfois sous l'emprise de psychotropes. 

Le terme s'est étendu progressivement aux pathologies mentales de tous ceux qui ont la certitude d'être devenu un animal : chien, chat, cheval, aigle... Un certain nombre de maladies expliquent également la croyance populaire en l'existence du loup garou.

On peut citer  en particulier la porphyrie, une maladie génétique rare qui se manifeste par des transformations physiques effrayantes, une pilosité excessive et des bouffées délirantes, des psychoses. 

Pour en savoir plus : Wikipedia 


vendredi 11 juin 2021

Varcolac, un mythe indo-européen entre vampire et loup garou

Vampire ou loup-garou ? (CC : David de la Luz)



Vrykolakas en grec moderne, vârcolaci en roumain, vǎrkolak en bulgare et en macédonien... le vircolac est un revenant, un demi-vivant, un loup-garou. C'est un personnage commun à l'ensemble des cultures d'Europe centrale et des Blakans, jusqu'au fin-fond de la Russie. (Source Wikipedia

Il est tour à tour vampire, homme-loup, lycanthrope, loup-garou, mais à coup sûr maléfique et violent. 

Un spectre polymorphe

Selon les contrées, ce spectre est affublé de diverses caractéristiques. En Serbie, si l'on s'en tient à certains contes, on le reconnaissait à sa chevelure rousse et à son regard gris. En Grèce, il frappait à la porte, appelant l'habitant par son nom, avant de passer son chemin. Si l'interpellé venait à lui répondre, il se voyait condamné à une mort certaine, suivie d'un destin de vrykolakas.

C'est pourquoi dans certains villages grec on ne vous ouvrira jamais avant que vous n'ayez frappé une seconde fois. 

Un fauve à abattre

Le Varcolac croît en taille et en puissance tout au long de son règne. Il existe toutefois des moyens de le tuer. Toujours le samedi, lorsqu'il demeure dans son tombeau, à la merci des chasseurs. Les méthodes varient au gré des coutumes : empalement, crémation, découpe... Comme pour son cousin le vampire des Carpathes. 

Selon les spécialistes, il serait proche du Croque-Maur de la culture française, qui s'est transformé en cauchemar dans notre langage courant. 

Il existe un groupe de Métal qui s'est baptisé du doux nom de Vircolac. Dont vous pouvez découvrir ci-dessous le délicat murmure...


lundi 7 juin 2021

Varcolac : Un peu comme si Tarantino et Almodovar s'étaient concertés

Quentin Tarantino, Réservoir Dog...

 " Au-delà du descriptif de la vie en province, l'intrigue devient vite violente et interpelle sur la possibilité que cela se déroule chez nous... Un peu comme si Tarantino et Almodovar s'étaient concertés pour rédiger ce roman... "

"Le style est enlevé, vif et les descriptions saisissantes de réalisme : des modèles automobiles aux armes de guerre, l'auteur a mis un point d'honneur à être précis, méticuleux, y compris dans les scènes de violence extrême ou de pratiques douteuses, voire répréhensibles."

 " L'intrigue puise ses racines dans l'actualité récente : la base militaire américaine de Captieux, l'armée, les filles, les clandés, les politiques compromis, tout y est. Rajoutez à cela une équipe de paramilitaires venus des Balkans et le tableau sera complet. Côté style, les retours ou digressions servent toujours l'intrigue, l'éclaircissent, et les "audaces lexicales" servent toujours le sens." 

Sud-Ouest du samedi  5 juin 2021 -  Jean-Paul Populu de La Forge