jeudi 5 novembre 2020

Amazon bienfaiteur des arts et des lettres


"Mécène, issu d'une ancienne famille de rois, ô mon rempart et ma douce lueur de gloire." Horace. 

" Amazon est un bienfaiteur de l'auto-édition et de la culture. Je l'affirme haut et fort. Et si un libraire ou un éditeur veut me prouver le contraire, qu'il n'hésite pas à prendre mon roman. Voilà, c'est dit."  

J'ai lancé une énième campagne de promotion de mon roman au tout début du re-confinement, histoire de tenter de le proposer aux néo-reclus. Toute occasion est bonne à saisir en matière de commerce.

A ce jour, la fabrique des bâtards s'est surtout vendue en e-book via Amazon (90%). Le format broché, lui, n'est disponible que sur cette même plateforme. 



Sans Amazon, mon livre, comme beaucoup d'autres, n'existerait pas. 

Pour la première fois, après des dizaines d'opérations promotionnelles, je me vois opposer des refus en mode indigné : "#boycott Amazon", "j'achète local". Les boomers ont de toute évidence oublié qu'ils ont laissé la grande distributions siphonner l'économie locale au bénéfice de multinationales de l'hyper consommation. 

Voici donc ma réponse : je n'ai pas le choix. Amazon est mon seul refuge.

A l'exception notoire de quelques librairies spécialisées, vraiment indépendantes et qui tirent le diable par la queue, le monde du livre est formaté jusqu'au bout de son réseau. C'est une énorme machine à écouler du best-seller, au bénéfice des grosses maisons.

Inutile de s'attarder sur ce modèle qui bénéfice d'exceptions légitimes - à travers le prix unique et une TVA réduite - ce qui permet de se bercer de l'illusion que la France demeure la patrie des arts et des lettres. 

Grâce à ces privilèges, malgré tout, on lit encore des livres dans ce pays et quelques libraires à l'ancienne, alternatifs, voire franchement divergents, parviennent à survivre.

Quelle place pour les auto-édités ?

Il est juste dommage que cette machine n'ait pas trouvé le moyen de faire une place aux petits nouveaux, aux modestes, aux amateurs. Quelques tentatives existent en Europe, notamment à travers BOD (book on demand), qui imprime les ouvrages à l'exemplaire, mais rien ne permet vraiment à un auteur auto-édité de toucher son public, sans passer par Amazon.

En fin de compte, assez peu de livres peuvent s'affranchir de la puissance de cet outil de vente en masse. Et tous les professionnels savent user de ses particularités, et du levier que constitue son sacro-saint classement, devenu le baromètre suprême du succès littéraire. 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire