mardi 2 mars 2021

Les narcos français brisent l'omerta, le polar vrai d'un monde gangréné

La couverture du livre de Frédéric Ploquin, sur une image de la série Narcos. (DR)

Dans les années 60, le gouvernement américain qualifie la France de narco-état. En 1967, le président Nixon décide de s'en prendre au trafic de stupéfiants qui gangrène l'Amérique. Il interpelle le président Pompidou. La plaque tournante de la drogue se situe alors à Marseille, où la French Connexion, dominée par le Milieu corse. Les Français disposent alors des meilleurs chimistes. Ils maîtrisent la logistique et inondent les marchés mondiaux.

L'argent circule toujours

La French a fait long feu, mais la France demeure un marché dynamique, qui a vu se succéder les entreprises criminelles. Quand tombe un baron de la drogue, un autre prend le flambeau. Le marché demeure. Que la matière première se raréfie, à la faveur d'un coup de filet, les filières se réorganisent, la marchandise s'écoule toujours, plus coupée, de moins bonne qualité, mais les junkies continuent à consommer et l'argent circule toujours.

Il transite par le kebab du coin et passe par la supérette. Il finit en liquide dans les poches d'un chef d'entreprise en contrepartie de ses comptes offshore.


Les forces de l'ordre et la justice peinent à trouver les parades. Elles jouent toujours avec un coup de retard. Les malfrats finissent toujours pas tomber, mais la nature a horreur du vide. Dans "Les Narcos français brisent l'omerta", le journaliste d'investigation Frédéric Ploquin esquisse les réalités de ce combat quasi perdu d'avance. Des trafiquants se racontent, ils lèvent le voile sur leurs aventures. La réalité dépasse la fiction. L'ouvrage se lit comme on suit une série sur Netflix. Il tisse en arrière plan une réalité macro-économique.

Des dizaines de milliards chaque année

L'argent de la drogue pèse des dizaines de milliards, (4,5 rien que pour la France chaque année). Il circule dans les banques, à travers des montages plus ou moins complexes, parfois aussi simples qu'un coup de fil. Il gangrène les banlieues, il rend les états impuissants. Corruption à tous les étages, luttes d'influences,  guéguerres interservices, banlieues privatisées par le crime organisé, le bilan est sombre, mais il confirme un ressenti.

Un très bon bouquin, qui se dévore comme un polar.

Les Narcos Français brisent l'omerta, par Frédéric Ploquin. 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire